• Avril 2009, de la 12ème à la 20ème toile

                                 Avril 2009, de la 12ème à la 20ème toile

     


    Mardi 21 avril 2009


    Un mois exactement après avoir peint ma 1ère toile abstraite, je m'apprêtais, à la demande d'amis,  qui avaient été séduits par cette toute première "oeuvre", à réitérer ce genre de composition (l'empreinte de mes lèvres, le jeté de peinture), dans un format beaucoup plus grand, la 12ème toile.

     

    Une nouvelle étape très importante pour moi car c'était la première fois qu'on me "demandait" une toile ; mes amis me sollicitaient pour une réalisation précise. J'étais flattée, bien sûr, mais j'avais cet impératif maintenant de créer une toile dans le but de l'offrir. Il fallait allier plaisir et rigueur, instinct et expérience pour obtenir l'harmonie recherchée. J'y mis tout mon coeur... Pour vous, Véro et Lulu !



                                   Avril 2009, de la 12ème à la 20ème toile

     

    Mercredi 22 avril 2009


    Voilà, déjà 12 toiles de réalisées depuis mon immersion dans le monde de la peinture, il était temps maintenant d'essayer un portrait.

     

    Même si j'ai tenté l'auto-portrait en m'inspirant de la forme de mon visage, de ma bouche puis, dans la figuration, de mon chapeau, mon collier, ma robe, mon décolleté... au final, ce n'est pas trop ressemblant. Seules mes lèvres sont authentiques puisque j'ai commencé cette 13ème toile en embrassant la toile, carrément. Ce fut mon point de départ à vrai dire pour tenter de respecter à peu près les proportions.

                                

    Avril 2009, de la 12ème à la 20ème toile            

    Je ne pouvais nier l'évidence : à moins d'avoir un talent inné, on ne s'improvise pas dessinatrice ou peintre. Prendre des cours de dessin, de techniques n'aurait pas été superflus. Ca viendrait plus tard. Pour l'instant, même pas très concluante, cette réalisation ferait date dans mon apprentissage, marquant ainsi dans le temps mon évolution. Il y aurait un avant et un après.

     

    Vendredi 24 avril 2009

    Après notre déménagement, certains tableaux que nous possédions dans notre précédente maison, furent relégués dans un coin du grenier. Et là, en l'occurrence, nous avions une toile (achetée par mon mari quelques années plus tôt) représentant une tête de clown qui ne m'avait jamais vraiment emballée.

     

    Toutefois, l'encadrement en bois me plaisait bien. Ni une ni deux, pas de gâchis, je décidai d'exploiter ce cadre. J'ai utilisé la toile papier cartonnée dans le cadre sous le verre pour peindre directement dessus. Effacé, disparu le clown, place à de l'abstrait.

                               

    Avril 2009, de la 12ème à la 20ème toile

    Lors d'un week-end passé chez nous, des amis ont eu un coup de foudre pour ma toile n° 2, composée de 5 châssis. Cette admiration sincère pour mon "oeuvre" me fit tant plaisir que c'est de bon coeur que je refis cette composition pour leur offrir.

                          

    Avril 2009, de la 12ème à la 20ème toile


    Samedi 25 avril 2009

    C'était la 2ème toile dont je me séparais, mais, contrairement à celle ci-dessus, dont j'avais toujours l'originale dans mon salon,  je repensais à celle offerte à mon amie Carmen, celle avec les femmes en fourreaux.

     

    Son élaboration avait participé à mon apprentissage et ne l'ayant plus sous les yeux, je ressentais le besoin de la réaliser de nouveau. Ce fut chose faite avec cette 16ème toile, mais dans des couleurs plus chaudes.

                                   

    Avril 2009, de la 12ème à la 20ème toile



    Dimanche 26 avril 2009

    J'avais envie d'une toile "familiale" très personnelle pour décorer un pan de mur dans ma salle à manger. Que pouvais-je inventer, que pouvais-je incorporer à ma toile qui fut symbolique de ma famille ?

     

    Mon idée de départ était de disposer des photos-portraits de chacun, façon scrapbooking sur le châssis.... Et puis, finalement, l'idée des empreintes de nos mains, bien que très classique, me plû davantage car physiquement, activement, j'associais mes proches à ma réalisation. L'espace d'un instant, je leur ouvrais la bulle de création dans laquelle je menfermais avec délice depuis plus d'un mois.

                   

    Avril 2009, de la 12ème à la 20ème toile
    Une assiette remplie de peinture, et hop, tout le monde la mimine dedans....

                         

    Avril 2009, de la 12ème à la 20ème toile


    Chacun voulait voir l'empreinte des autres.... mais, je connaîs mes loustics, une maladresse est trop vite arrivée, alors durant le temps de sèchage..., interdiction d'approcher la toile de près ou de loin.

           

    Avril 2009, de la 12ème à la 20ème toile

      

     

    Pour la 18ème toile, peinte le lundi 27 avril 2009, permettez-moi de garder un peu de mystère... un cadeau pour ma maman.



    Mardi 28 avril 2009

    Je regardais toutes mes toiles et j'eus de nouveau envie de refaire des silhouettes. Je voulais un modèle d'un couple qui évoque la sensualité.

                 

    Avril 2009, de la 12ème à la 20ème toile   Avril 2009, de la 12ème à la 20ème toile

    En opposition, les lignes droites d'un côté par les délimitations de mes tracés et de l'autre, les courbes avec les silhouettes et les cercles. J'ai modifié ensuite les couleurs des silhouettes, que je trouvais trop fades. En les peignant en noir, j'accentuais l'aspect ombre et j'ai trouvé que l'ensemble était plus contrasté. Quelques lignes en script des paroles d'une de mes musiques préférées finalisèrent la 19ème toile.

     

                                                      Avril 2009, de la 12ème à la 20ème toile

     


    Mercredi 29 avril 2009


    Mon mari avait apprécié cette dernière toile et il désirait l'accrocher sur un mur de notre chambre. Mais ce tableau de 20 x 30 cm allait faire "riquiqui" dans notre grande pièce. Allez hop, je me décidai à la refaire mais en 100 x 70 cm.

     

                              Avril 2009, de la 12ème à la 20ème toile



    Je dessine et je peins "à plat" et je me suis rendue compte, en réalisant cette toile grand format, qu'il était très difficile de respecter les proportions d'un corps. Quand les yeux sont rivés sur la toile, la vision n'est pas la même du tout, et il faut prendre du recul pour savoir apprécier la cohérence de l'ensemble.

     

    Suite sur mai 2009