• Mai 2009

                                                  


    Lundi 04 mai 2009


    Avec mes 20 toiles, je n'avais pas encore décoré toutes les pièces de ma maison. Ma salle de bain, aux couleurs bleues, blanches, n'avait aucune décoration et je voulais y mettre ma petite touche personnelle. Il me fallait un tableau dans les mêmes teintes, peut-être un personnage, mais j'avais envie d'essayer autre chose qu'une silhouette. 

     

    Et si j'essayais un nu ? Un nu, mais tout en douceur, dans un dégradé de blanc-gris-bleu et pour éclairer ces teintes froides, une luminosité avec des couleurs brillantes. J'ai visionné de multiples images, photos, et esquisses de nus sur internet. Il y en avait des pages et des pages. Le Nu inspire l'Art, sous toutes ses formes !



    Je trouvai une esquisse qui me plû : une femme debout, de dos. Le corps apparaissait depuis le haut des cuisses jusqu'à la nuque : pas de tête, pas de mollets, pas de pieds. Non vraiment, je ne pouvais pas faire un personnage sans tête. Mais la dessiner simplement manquait d'originalité. Une texture spéciale que je possédais dans mon "coffre à trésors", (merci Sonia !) me donna une idée pour créer cette tête. Voici le résultat.

     

                    
    Mai 2009



    Ah, là, je constatais moi-même qu'il y avait de l'évolution dans ma peinture depuis ma 1ère toile à celle-ci, la 21ème. Quand je peins, à plat sur mon bureau,  j'ai le nez sur ma toile. Il me fallut à plusieurs reprises placer la toile sur mon chevalet, et prendre du recul pour la regarder. De loin, allait-on "voir" que le corps était fait d'ombres et de lumière ?



    La toile plut à mon mari, mes enfants, alors...hop, dés le lendemain, je décidai d'en refaire une autre, toujours pour ma salle de bain. Je choisis une autre image comme modèle, mais, je zappai directement la tête pour réutiliser ma technique. Mais, cette fois-ci, le résultat ne m'a pas trop satisfaite. Mais, bon, j'assume, et même si elle n'est pas trop jolie, "ma dame",  je vous la présente quand même.


                                     Mai 2009

    La 21ème réussie, mais pas la 22ème.... Je doutais. Et si c'était par accident que j'avais réussi mes ombres ? Et si je ne parvenais plus à renouveler ce genre d'essai ? 



    Mardi 06 mai 2009


    Lors des mes recherches sur internet pour trouver des modèles de nu, une image m'a beaucoup plue : une femme, de la tête au torse. Une image très féminine, douce et j'eus envie de la reproduire. Mais fini les pots de peinture, il me fallait un outil léger, j'utilisai un sytlo peinture (merci encore Sonia pour tes judicieux conseils). Beaucoup plus pratique à utiliser qu'un pinceau fin....



    Je sais, on triche un peu ainsi, mais, qu'importe, je n'ai pas la prétention de me prendre pour un grand peintre. Je découvre le monde de la peinture depuis 2 mois seulement, je suis en apprentissage  et tout m'intéresse férocement, je ne veux pas perdre de temps et j'ai envie de tout essayer, tout apprendre ! Certains puristes pourront me juger... moi, je sais que je travaille juste avec mon coeur, passionnément.

                                 

    Mai 2009

     

    Mercredi 07 mai 2009

    J'avais toujours en tête ce semi-échec de la toile 22. Je voulais réessayer de produire un personnage avec des ombres. Voici les étapes de cette 24ème toile.

                    Mai 2009


    Vendredi 08 mai 2009

    Doutant toujours, malgré les encouragements de ma famille, je continuais à demander des avis auprès de mes amis, ou d'autres, moins proches quand l'occasion se présentait d'aborder le sujet. J'éprouvais une joie presque puérile, mais que j'espérais communicative, de montrer, expliquer, révéler mes petits secrets d'apprentie-peintre.



    Je constatais que les silhouettes plaisaient beaucoup, c'était stimulant... alors pourquoi ne pas continuer sur cette voie en attendant d'en explorer d'autres ! Même si je m'aidais de modèles pour dessiner les formes des silhouettes, je laissais ensuite libre cours à mon imagination  ; suggérer des volumes, marier les couleurs, travailler des textures, les possibilités étaient infinies...



    Durant cette semaine, je m'amusai à peindre les 8 toiles suivantes représentant  des silhouettes dans des décors et des situations différentes.


        Mai 2009

    J'aime ce qui brille, ce qui scintille et particulièrement ce contraste noir-or qui évoque des festivités, des réjouissances. Ce tryptique aux couleurs chaudes et vives, illumine encore actuellement mon couloir.



    Mai 2009

    Celui-ci plu beaucoup à ma fille aînée qui l'emporta directement dans sa chambre.

                         Mai 2009

    Un autre style de silhouettes, mais plus léger avec toujours ces brillances de peintures dorées, or et argent sur cette toile.



    Mai 2009

    Un tryptique de personnages, dans une palette de couleurs prunes, violines, l'ensemble réhaussé par quelques effets de tracé de peinture argentée ou dorée.



    Jeudi 14 mai 2009


    A ce stade de mon apprentissage, j'avais envie d'explorer d'autres horizons. Changement d'orientation donc, avec ces compositions de fleurs artificielles.

                                              

     

                                                   Mai 2009

                                                         


    Mardi 19 mai 2009

    Mon aventure artistique se poursuivait toujours aussi activement et, en ce jour de mai, j'avais pris une décision : affronter le jugement d'un public, de personnes anonymes, en exposant mes toiles.

    La démarche était très intimidante et pour tout dire, je la jugeais même périlleuse car, clairement, je manque de confiance en moi et un refus, je le savais, pouvait me déstabiliser.

    Qui allais-je solliciter ? Je venais de déménager depuis peu, et j'avais beaucoup apprécié les premiers contacts avec la responsable et le personnel du salon de coiffure près de chez moi ;  sympathiques, souriants, dynamiques, un salon très lumineux, des personnes à l'écoute... ce fut le déclic. Je pris mon courage à deux mains et adressai ma requête à la responsable en lui présentant une douzaine de toiles.

    Mes toiles lui plaisaient et elle accepta immédiatement  ! Je fus très touchée. Au-delà du geste généreux d'accueillir mes toiles dans son salon, cet accord traduisait également un  enjouement pour mon travail, mes réalisations et surtout un esprit ouvert  pour la jeune débutante que je suis. Du fond du coeur, merci Véronique !

    Les jours qui suivirent furent très productifs. En effet, comme vous avez déjà pu le constater dans mes précédents récits, peindre était devenu une nécessité, tout m'intéressait et je n'avais qu'une envie, peindre, créer, encore et encore... quelque soit le genre, jusqu'à trouver ma propre voie. En attendant,  exposer mes toiles  me permettait d'avoir des avis autres que ceux de mes proches (peut-être pas très objectifs) et recueillir ainsi des avis, des ressentis d'anonymes.

    Premier constat : les nus et les silhouettes plaisaient beaucoup. Durant  ces 15 derniers jours de mai, j'ai concilié les plaisirs : peindre des personnages (nus et silhouettes pour présenter des toiles qui pourraient séduire) et je me suis à nouveau lancée dans l'abstrait, pour mon seul plaisir de créer. 


                                                                                                                   

                                              
     

    Des silhouettes, dans un format 30 x 90 cm, toujours en acrylique avec une pâte à mortier pour les cercles.



                                             Mai 2009



    Un nu, le même que celui que j'avais déjà crée en gris-bleu (pour ma salle de bain), mais dans des teintes plus chaudes.